Cambodge, Kep & Kampot: poivre, rizières, terre rouge…

Kampot et son poivre mondialement connu.
Kep, ses grandes routes désertes, ses rizières et ses chemins de terre rouge.

Nous avons choisi de loger à Kep en se disant qu’on visiterait Kampot en scooter depuis Kep, se situant à une trentaine de kilomètres.

Kep

Le minivan nous dépose à Kep, on s’aperçoit vite qu’il y a très peu de monde et contrairement à ce qu’on a pu voir ils bénéficient de très grandes routes nouvellement asphaltées. Il y a autant de vaches que d’habitants c’est perturbant au début.

On passe devant la plage de Kep, une petite plage. Le tuk tuk nous amène à notre guesthouse, pour y accéder on passe par un chemin de terre, on est pas loin des montagnes, pas grand monde à l’horizon. Où avons-nous atterri??

C’est une petite guesthouse tenue par un expat français, bon marché (5€) et très propre! Aucun panneau n’indique que la guesthouse se situe ici et d’après le proprio, c’est voulu pour garder le côté « familial ». En arrivant on a fait connaissance avec plusieurs expatriés français. Beaucoup de chiens gardent la maison (moi qui ai peur des chiens, j’étais gâtée!). En fait il y a des chiens partout dans Kep, le gérant nous explique qu’ils forment une meute derrière toi et aboient, à ce moment là je me dis que je ne vais pas sortir de la guesthouse!! Mais il explique aussi qu’on peut les faire fuir en faisant semblant de ramasser une pierre par terre et qu’habituellement ils ne font qu’aboyer et ne mordent jamais. Pour la petite anecdote, ici ils n’ont pas le même « statut » qu’en France, ils ne rentrent pas dans la maison, ils sont là pour protéger le logement des animaux sauvages, des voleurs… « Je préfère retrouver un chien mort devant la maison qu’un cobra vivant » nous dit un expat.
On va se balader un peu dans Kep avant que le soleil se couche (18h30). C’est très étrange la ville est presque déserte mais il y a énormément de vaches et de chiens. Il n’y a pas vraiment de « centre-ville » quelques échoppes de rues et restaurants sont dispersés dans la ville. Il vaut donc mieux louer un scooter pour se déplacer.

C’est donc sur un scooter que nous partirons arpenter Kep & ses alentours le lendemain.

On part direction les caves! Plusieurs grottes sont à visiter, je vous avoue que je ne souviens pas bien des noms. Nous avons visité: Phnom Chhngok. La grotte en elle-même n’est pas extraordinaire, il faut monter des escaliers, en haut vous aurez une superbe vue sur les rizières verdoyantes et puis descendre, dans une cave, il y a un petit temple pré angkorien, la visite est courte.

La vue panoramique depuis la grotte

En revanche la route pour y aller est juste.. wouaw! Vous savez avant d’aller dans un lieu on a toujours une image en tête, on s’imagine à quoi il pourrait ressembler, et pour moi l’Asie c’était ça: les rizières, la terre rouge, le ciel tourmenté, des personnes à vélo. L’Asie ce n’est évidement pas que ces paysages là, mais avant d’y aller je me l’imaginais exactement comme ça. Et vous? Vous vous l’imaginiez comment? Ou si vous n’y êtes pas encore allés, vous visualisez ce continent de quelle façon?
Revenons en à nos petites grottes. Je regrette juste de ne pas avoir visité Kampong Trach, une grotte où l’on peut se baigner pendant la saison des pluies. Il n’y a malheureusement aucune indication sur les grottes sur le lonely planet.

                      

Kampot

On part faire un tour à Kampot, on passe devant le fameux rond point au Durian! On mange.. dans une station service! Des nouilles! Au moins on est sûr que c’est clean!! Puis on quitte Kampot pour aller visiter des plantations de poivres. C’est quand même la raison pour laquelle cette petite ville est connue mondialement! On nous avait conseillé: Sothy’s farm, car il y a vraiment plein de plantations, il n’y a plus qu’à choisir. Le gérant nous explique tout, pourquoi différents poivres rouge, vert, blanc, noir existent: tout est une question de maturité! La visite est en anglais et gratuite. Ils insistent sur le fait que c’est une production bio et respectueuse de la nature. Petit conseil: prévoyez l’anti-moustique si vous ne voulez pas vous retrouver avec 10 piqûres en plus.


Ensuite on a essayé de trouver les salt fields ainsi que Angkul beach mais en vain. Angkul beach signifie « plage secrète », elle n’est donc indiquée nulle part. De même pour les salines, il faut s’enfoncer dans les petites routes de terre rouge en espérant que ce soit la bonne. On aura essayé tous les chemins de Kep, on a plusieurs fois atteri dans de petits villages ou personne ne parle anglais. A la place on a reçu plein de sourires! On avait amené des vêtements de France pour les enfants, on a choisi de les donner dans un des petits village où la famille et les enfants nous disaient bonjour, ils étaient heureux. Plutôt que de jeter ces vêtements ou de les laisser au fond d’un placard, je préfère les donner.

Pour finir, on abandonne la recherche des salines et de Angkul Beach pour aujourd’hui et on s’en va admirer le coucher du soleil, assis dans le sable, sur Kep beach… splendide!!

Sunset on Kep beach

On finit la journée/soirée au Crab Market. Certains stands étaient déjà fermés, ils ne sont ouverts que la journée. On goûtera aux brochettes de poulpes, poissons, aux ramboutans et à des biscuits du marché. yummy! Puis direction le resto Mama Cambodia, le meilleur plat de nouilles de notre voyage! On est le 14 juillet et tous les expats français se rejoignent dans ce bar-restaurant pour festoyer!

Le lendemain, 15/07, dernier jour à Kep! On se lève tôt pour essayer à nouveau de trouver les salines, on allait pas lâcher l’affaire! On finit enfin par les trouver! On nous indique même Angkul beach mais voyant l’état de la route et notre petit scooter on s’est résolu à faire demi-tour.

Changement de chauffeur!

On pensait rester un jour de plus mais finalement on décide de partir pour Phnom Penh la capitale, pensant continuer vers le Laos ensuite.

J’ai vraiment adoré la journée complète qu’on a passé à Kep et ses alentours en scooter au milieu des rizières verdoyantes en roulant sur la terre rouge au milieu des petits villages très typiques. On en a pris plein les yeux, ce sont des paysages à couper le souffle. On ne dépendait de personnes on allait où on le souhaitait, ce fut une des plus belles journée de mon voyage au Cambodge.

Je vous laisse avec mes petits conseils et une vidéo en bonus.

_______________________________

Budget/ Conseils:

Hotel/ Guesthouse [les prix sont pour une chambre double]: Kep Terrace House 4€, comme je vous l’ai expliqué dans l’article c’est une guesthouse / maison d’hôtes, il n’y a que 4 chambres il me semble, très propre, les proprios sont sympas, rien à redire!!

Comment y aller/ repartir: Nous sommes venus de Sihanoukville en minivan 6$/pers, après avoir fait plusieurs agences à 9$ on en trouve une à 6. Puis nous sommes partis direction Phnom Penh, en minivan aussi car nous avions pris des tickets pour le bus: 5$, mais il n’y avait pas assez de monde pour un bus donc ils nous ont upgradé et mis dans un minivan.

Visites: tout est gratuit sauf si vous souhaitez visiter les grottes, celle qu’on a visité était à 1$/pers. Pour visiter les plantations de poivre, je ne sais pas si la visite est gratuite pour toutes les plantations mais celle qu’on a visité oui, elle se nomme: Sothy’s pepper farm. Le marché aux crabes est aussi sympa à faire, il y a des petites brochettes de poissons, des boissons au sucre de canne, des fruits…

Se déplacer: à Kep il est quasiment indispensable de louer un scooter. Vous pouvez faire sans mais vous risquez de rater pas mal de choses, rien que de pouvoir se balader librement au milieu des rizières et des petits villages c’est un moment magique.

 

Je vous embarque pendant 2 minutes sur notre scooter, attention le stabilisateur n’était pas de mise, ça bouge!

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

One Reply to “Cambodge, Kep & Kampot: poivre, rizières, terre rouge…”

Laisser un commentaire