Expat en Espagne: Elina, étudiante à Séville

Les articles témoignages et interview d’expat, PVTistes, Aupair, VIE, enfin tous ceux qui on vécu un certains temps à l’étranger, reprennent sur le blog! Aujourd’hui on part à la rencontre d’Élina, qui s’est expatriée avec sa famille en Espagne et plus précisément dans la jolie ville de Séville. Je ne vous en dis pas plus et vous laisse découvrir cette interview.

Présentations et pourquoi Séville ?

Je m’appelle Elina, j’ai 20 ans et je suis en train de terminer l’équivalent d’un BTS, appelé Ciclo Formativo de Grado Superior (CFGS) en Agences de Voyages et Gestion d’Événementiel, à Séville, en Andalousie. J’enchaîne les petits boulots : babysitting, professeure de français pour les enfants, serveuse, vendeuse… Même si je vis encore chez mes parents, j’aime l’idée d’être semi-indépendante en gagnant assez d’argent pour ne pas trop leur en demander ! Sur mon temps libre je regarde beaucoup de films et de séries, j’adore aller au cinéma, me promener dans les rues de Séville, découvrir de nouvelles adresses avec mes amis, et je suis une grande joueuse de jeux de société. J’enregistre aussi quelques covers, j’adore chanter.

Quand et avec qui es-tu partie à Séville ?

Je suis arrivée à Séville en 2014, en juillet prochain cela fera 6 ans que j’habite ici avec mes parents, mon frère et ma sœur.

Quelle est la raison de ton expatriation ? Et pourquoi Séville ?

Plaza de la Encarnación

Mes parents ont décidé de changer de vie. Ils travaillaient tous les deux à la télévision française comme journaliste et monteur réalisateur et ont décidé de monter leur boîte de production. Pourquoi Séville, c’est une histoire qui remonte à plus de 30 ans ! Ma grand-mère paternelle avait un ami qui vivait à Galaroza, un petit village dans la sierra de Huelva, à une centaine de kilomètres de Séville. Cet ami les y a invités à passer les vacances, et elle a décidé d’y acheter une veille maison. Mon père y a passé toutes ses vacances d’ado, puis y a emmené ma mère, puis moi… Pendant ces étés on passait souvent quelques jours à Séville et petit à petit, ils en sont tous les deux tombés amoureux !

Etais-tu déjà allée en Espagne auparavant ? Est-ce que c’est une première expatriation pour toi?

Oui, comme je le disais, j’ai passé toute mes vacances d’enfant en Andalousie, mais je n’y avais jamais vécu.

Ton ressenti sur cette expatriation

Comment as-tu vécu ton expatriation à ton arrivée ? Et maintenant ? Parlais-tu espagnol avant de venir ?

À mon arrivée je l’ai très mal vécu ! Mais rien à voir avec Séville, essaye simplement de dire à une ado de 14 ans qui a toute sa vie et ses amitiés construites qu’elle déménage, et pire, dans un autre pays dont elle ne connaît pas la langue… Ça a été un déchirement pour moi et la première année a été un peu difficile, mais finalement je me suis assez vite adaptée, et maintenant je ne veux plus repartir ! Les amitiés que j’avais à 14 ans se sont forcément estompées, le classique « Loin des yeux, loin du cœur » mais je me suis reconstruite ici et c’est très bien comme ça ! Je suis consciente de la chance que j’ai eue de vivre une expérience pareille si jeune, et pour cause, je suis arrivée sans parler un mot d’espagnol et je suis maintenant bilingue ! 

Quelques conseils pour s’améliorer en Espagnol ?

Privilégier l’immersion au maximum. C’est très bien d’avoir des bases de grammaire mais la meilleure école reste quand même la rue. Personnellement les 80% de ce que j’ai appris c’est en mimétisme, il n’y a pas mieux. En plus, les Espagnols adorent les Français ! Ils se font toujours un plaisir d’en rencontrer et de les aider.

Comment se passent tes études à Séville ? Est-ce que le niveau est élevé ?

Bien, je termine major de promo ! Je pense que le niveau est à peu près équivalent au niveau français. Personnellement, j’ai fait une année de fac avant de me rendre compte que je n’étais pas faite pour ça et de partir sur un BTS. Ici les gens ont tendance à penser que l’université est plus prestigieuse que les BTS mais c’est une fausse idée, simplement ici la fac est payante alors que les BTS ne le sont pas, donc un classement est déjà fait à ce niveau-là ! Mais très honnêtement le niveau reste élevé quelle que soit la formation. 

As-tu rencontré des difficultés ?

Pas vraiment non, comme je disais les Sévillans sont très agréables et il est très facile d’être rapidement à l’aise avec eux. La seule chose qui me vient à l’esprit c’est une anecdote que je raconte assez souvent : quand je suis arrivée ici je suis rentrée en classe de seconde dans un lycée espagnol, sans trop parler la langue. J’ai été avantagée car c’était une classe bilingue français qui préparait la double titulation du BAC français-espagnol (appelé Bachibac), donc le tiers de mes cours était en français, mais en cours d’espagnol et littérature on a commencé à aborder les commentaires de textes. Difficile pour moi évidemment de commenter un texte sans trop comprendre la langue, qui plus est lorsque le texte était écrit en ancien espagnol. Et en examens lorsque je demandais de l’aide à ma prof pour la compréhension du texte elle ne faisait que me le lire ! Quelques mois après quand j’ai su parler un peu plus la langue j’ai fini par lui dire que lire, je savais faire, et qu’elle ne m’aidait en rien…

Dis nous en un peu plus sur la vie à Séville?

Penses-tu y rester ? Est-ce que tu penses pouvoir trouver du travail dans ton secteur à Séville ou en Espagne ?

Je suis plutôt du genre globetrotteur mais pour l’instant je pense rester à Séville ou au moins en Espagne si je trouve du boulot ailleurs. Honnêtement, le tourisme est un secteur très important en Andalousie et je pense que je n’aurai pas de mal à trouver du travail, même si j’avoue que « l’après coronavirus » me fait un peu peur, l’industrie touristique risque d’en prendre un coup.

Comment ça se passe avec les locaux ? As-tu fait beaucoup de rencontres ?

Les Sévillans sont vraiment chaleureux, c’est un plaisir. Ils sont très ouverts et agréables. J’ai fait beaucoup de rencontres depuis que je suis ici oui. Comme partout ailleurs il m’arrive d’être déçue évidemment mais ce sont vraiment des gens vivants et qui te transmettent leur bonne humeur, ça fait du bien.

Des us et coutumes à Séville qui t’ont marquée/surprise ?

Le rythme est différent, même s’il n’y a pas de décalage horaire avec la France il y a un décalage culturel : on a cours que le matin, dans la majorité des cas jusqu’à 14h30, on déjeune entre 14h30 et 16h30, et le soir on ne dîne pas avant 22h. C’est très spécifique de l’Andalousie, c’est dû particulièrement aux hautes températures. En été, il est difficile de sortir de chez soi avant 19 voire 20h tellement le soleil tape, donc les gens s’adaptent et se retrouvent après. 

Feria de Abril

Il y a aussi la Feria de Abril, une fête populaire typique d’ici durant laquelle tous les sévillans se retrouvent sur leur 31 dans de petites cabanes en toiles (plus de 1000 installées pendant une semaine sur ce qui est le reste de l’année un terrain vague) pour danser les sévillanes (un type de flamenco) boire et manger. Les femmes et même les filles depuis leur plus jeune âge s’habillent avec des robes traditionnelles et les garçons et les hommes en costume. C’est d’ailleurs quelque chose de très étonnant ici, c’est qu’ils adorent se faire beau!! Les garçons même enfants ou ados n’ont absolument aucun mal à enfiler un costume-cravate, je n’ai pas souvent vu ça en France. Ça aurait dû être la semaine prochaine (dernière semaine d’avril), mais c’est annulé à cause du Coronavirus…

Qu’en est-il du climat ?

Je pense que c’est ce qu’il y a de plus difficile à supporter, la chaleur estivale… En août on atteint souvent des températures au-dessus de 40 degrés, personnellement je suis très sensible à la chaleur, donc souvent je ne sors pas avant 19h ou 20h quand ça redescend ! Mais on n’est pas à plaindre, on doit avoir 3 semaines de pluie par an, c’est top.

Est-ce que le coût de la vie à Séville est élevé ?

Absolument pas!! Au niveau des prix dans les magasins, la différence se fait surtout sentir sur les fruits et les légumes qui sont beaucoup moins chers, le reste c’est à peu près pareil. Par contre là où on sent vraiment la différence c’est sur les prix des bars, restaurants etc… Ici on peut très facilement manger et boire dehors pour entre 10 et 15€ de très bonnes choses, voire moins si on n’est pas difficile !!

En quelques mots dis-nous : Un plat typique? Ton quartier favori ? Un bar ou restaurant sympa ? Un lieu incontournable à Séville ?

Un plat typique de Séville… Le salmorejo, ça ressemble au célèbre gazpacho mais c’est plus épais, et généralement il n’est pas composé de poivron et de concombre comme le gazpacho mais seulement de tomate, pain et huile d’olive. Ici on l’accompagne de copeaux de jambon ibérique, c’est super bon.

Mon quartier favori à Séville, sans hésitation Triana, c’est là où j’habite. C’est moins touristique que Santa Cruz au centre de la ville, donc beaucoup plus de bonnes adresses où se mélanger aux locaux. Le quartier de la Alameda est super aussi, pour faire la fête, bien manger ou se promener.

Un restaurant sympa, DUO TAPAS, à la Alameda justement. Les tapas y sont très originales tout en restant fidèles aux traditions culinaires, et l’ambiance est très cosy.

Un Salmorejo chez Duo Tapas

Et enfin un lieu à ne pas manquer… Il y en a plein, mais si je dois n’en choisir qu’un, c’est le Palais de l’Alcazar et ses jardins, c’est magnifique. En plus, les fans de Game of Thrones y reconnaîtront certainement des choses puisque l’équipe est venue y tourner trois fois !

Palais de l’Alcazar

 Est-ce que tu as eu l’occasion de visiter le pays ? Des villes que tu conseilles? 

Pas vraiment mais à travers mes études j’ai pu découvrir que l’Espagne était très riche en culture et n’était pas intéressante que pour ses plages. Petite je suis allée plusieurs fois à Salamanque, Madrid et Barcelone mais je ne m’en souviens pas très bien, j’adorerais y retourner. Valence et les Asturies sont aussi dans mes projets.

Bilan de ton expérience de vie à Séville

Bilan de ton expérience : Qu’est-ce qui te plaît à Séville et qu’est-ce qui te plaît moins ? Les bénéfices et les points négatifs ?

Le seul point négatif que je trouve, c’est l’éloignement avec mes grands-parents qui sont toujours en France, surtout en ce moment avec cette situation, cela se fait sentir. Question bénéfices, c’est incroyablement intéressant de découvrir une nouvelle culture et d’arriver à l’adopter, j’en suis très fière. Et devenir bilingue en quelques mois, je ne pouvais rien demander de plus ! Ce qui me plaît ici c’est la sympathie des gens, et le fait de vivre ma vie tranquillement dans une ville super agréable. Ce qui me plaît moins, ce n’est pas du tout propre à Séville mais plutôt à moi-même, c’est que j’aimerais changer d’air et aller découvrir d’autres choses ailleurs.

Une anecdote à nous raconter ?

Minaret de la Giralda

Pas vraiment une anecdote, plutôt un conseil : n’hésitez jamais à vous perdre dans les rues de Séville. Je crois que c’est vraiment la meilleure façon de visiter la ville, et de toute façon, vous ne serez jamais vraiment perdus : ici, les gens disent qu’il suffit de lever la tête pour apercevoir le Minaret de la Giralda, où que vous soyez ! Tous les chemins mènent à la Cathédrale de Séville…

Si d’autres personnes hésitent à venir pour faire leurs études à Séville ou à s’expatrier, leur conseilles-tu de tenter l’expérience ?

Oui bien sûr, vraiment, profitez de toutes les opportunités qui se présentent, vous n’en ressortirez que plus enrichis et heureux… et bilingues ! Je sais que ce n’est pas facile de sortir de ses habitudes, mais quand on y arrive c’est vraiment agréable.

Un grand merci à Elina d’avoir accepté de répondre à cette interview!

Laisser un commentaire