Passer la frontière Thailande Cambodge (Aranyaprathet – Poipet): les arnaques à éviter

Aujourd’hui sur le blog, on vous parle de la corruption malheureusement présente à la frontière terrestre entre la Thaïlande et le Cambodge au poste de Aranyaprathet et Poipet.

En effet, cette frontière est connue pour ses nombreuses arnaques. Avant de partir on s’est beaucoup renseigné afin de savoir s’il valait mieux faire une demande de visa en ligne ou bien sur place à la frontière. Apparemment, même en ayant un visa fait en ligne au préalable, les douaniers essayent de grappiller quelques baths ou dollars. On a alors décidé de le faire sur place, étant prêts mentalement à ne pas se faire arnaquer!

Comment rejoindre la frontière Thailande Cambodge depuis Bangkok ? (+ indications prix)

 

  • Le moyen le plus rapide (et le plus cher) est l’avion : environ 1 heure.

  • Le plus confortable (après l’avion) est le bus à prendre depuis la Station Mo Chit à Bangkok soit jusqu’à Siem Reap soit seulement jusqu’à la frontière et vous vous débrouillez pour trouver un bus à la frontière qui continue jusqu’à Siem reap ou Battambang. Cette deuxième solution vous permet d’être plus libre et de ne pas être inquiet sur la question « est-ce que je dois acheter le visa dans le bus (à un prix plus élevé) afin que le bus ne parte pas sans moi si je le fais à la frontière? » (voir Arnaque n°1).
    Vous n’avez pas besoin d’acheter le ticket de bus en avance, vous pouvez l’acheter à Mochit directement. Le trajet est d’environ 5 heures et coûte 245 baths.

  • Sinon vous pouvez prendre un minibus pour 300 baths (Bangkok Siem Reap)

  • La dernière option est le train. L’option la plus économique puisque le prix du billet est de 48 petits baths. La durée du voyage est de 6h, apparemment ce n’est pas très confortable !  La station de train est située à environ à 3 kilomètres du poste frontalier. A faire à pied ou en tuk tuk !

Comment rejoindre la frontière Cambodge Thaïlande depuis Siem Reap ?

Nous avons pris un bus Siem Reap – Koh Chang enfin un package pour 14$ nous avions le bus et le ferry. On a eu un big bus de Siem Reap jusqu’à la frontière puis un minibus de la frontière à Koh Chang. Pour nous reconnaitre, après la frontière on nous avait collé un autocollant rouge.

Récit de notre passage de la frontière + arnaques pratiquées :

Après une première nuit à Bangkok, tout fraîchement débarqués de France la veille, on part le matin direction Mo chit Station à la recherche du bus qui nous mènera à la frontière. On nous propose des bus direction Siem Reap ou bien Aranyaprathet (ville à la frontière côté Thailande). On choisit le second car on avait décidé de faire un stop à Battambang (une ville au Cambodge) avant de rejoindre Siem reap et les temples d’Angkor.

On arrive au bus et là,  un thailandais, de petite taille mais fortement autoritaire, nous informe que nous ne sommes pas prioritaires car nous nous arrêtons avant la frontière. Priorité à ceux qui vont à Siem Reap. Le bus se remplit, on arrive finalement à y monter. Et heureusement car sinon on aurait du prendre le suivant et donc dormir à la frontière (pas terrible comme endroit je vous assure…)

Pendant le trajet, le petit homme distribue un repas à tout le monde, à tout le monde sauf à nous ! Oui bon on a compris qu’on était prioritaire nulle part en s’arrêtant à la frontière… Il a quand même eu pitié de nous et nous a finalement offert une bouteille d’eau !

Voici donc les arnaques dont on aurait pu être victimes :

Arnaque N°1 : « visa dans le bus » (évitée √): A un moment donné pendant le trajet, le petit homme va demander à chaque passager s’il a bien en sa possession le visa touristique Cambodgien et pour ceux qui ne l’ont pas, il exige le passeport et 40 dollars. (Il coûte normalement 30$). Tout le monde a donné… je sais pas si les gens n’étaient pas au courant du prix du visa ou s’ils avaient peur que le bus parte sans eux s’ils allaient faire le visa en descendant. De toute manière, à la frontière vous êtes obligés de descendre du bus pour passer les contrôles.

Notre expérience : Nous ne l’avions pas mais sachant que nous ne continuons pas le trajet avec lui ça lui était égal. Même si nous avions continué avec lui nous ne lui aurions pas donné notre passeport puisqu’en arrivant à la frontière tout le monde est descendu. Après avoir passé tous les contrôles, et fait notre visa, nous avons reconnu notre petit homme qui attendait les passagers  qui étaient avec nous dans le bus, dans un autre bus. (Bus cambodgien cette fois!) Les passagers avaient alors largement le temps de faire leur visa eux mêmes.

Arnaque N°2 « visa dans la rue » (évitée √): on va également vous proposer des visas dans la rue. Ça tombe sous le sens de ne pas accepter que n’importe qui fasse votre visa, mais avec la fatigue du trajet et le peu d’indications à la frontière on peut vite donner son passeport à n’importe qui. Alors si vous hésitez, suivez les touristes de votre bus, en général vous trouverez de nombreux touristes devant les postes où il y a des démarches à faire.

Notre expérience : la difficulté est de trouver son chemin au milieu de tous ces gens avec des panneaux proposant un visa ou autre. Nous avons ignoré tout le monde et nous nous sommes dirigés vers les bureaux officiels. Je vous décris plus bas chaque étape pour que ne vous perdiez pas.

Arnaque N°3 « frais de dossier » (à moitié évitée √, à moitié victime X): les douaniers vous demanderont des « frais de dossier », oui oui c’est toute une procédure de mettre un tampon…

Notre expérience : on nous a demandé 30$ (prix du visa) + 200 baths (de frais pour toute cette procédure qui leur prend beaucoup de temps). On leur dit non, le visa coûte 30$ et non 30$+200baths. Ils insistent un peu puis disent ok et nous montrent le bas de la fiche (où il y avait marqué 30$ + 200 baths), qui était caché par un autre papier, et on voit inscrit 30$ + 100 baths. On essaye de négocier 10 minutes, ça ne fonctionne pas, ils ne veulent rien entendre, bon tant pis, on a peur de ne plus avoir de bus après, n’ayant rien réservé, alors on cède et on donne 30$ et 100 baths.

Arnaque N°4 « navette gratuite » (évitée √ mais à quel prix!) Une fois que vous avez passé l’étape du visa et des contrôles et que vous pensez que vous n’êtes plus sujet à une nouvelle arnaque, ehhh si ! En effet les cambodgiens vont vous proposer une navette gratuite pour rejoindre le terminal des bus, pour tous ceux qui comme nous, n’ont réservé le bus que jusqu’à la frontière et après se retrouve bredouille, sans bus pour rejoindre la ville souhaitée. Alors oui, à ce terminal vous aurez des bus, mais à 10$ le trajet jusqu’à Siem Reap je peux vous assurer que ce n’est pas du tout les prix pratiqués au Cambodge.

Notre expérience : nous avions pris connaissance de cette arnaque en lisant des articles de blog de voyages avant de venir, nous avons alors pu éviter ce fameux minibus gratuit. Mais à quel prix ! Donc tout contents de n’avoir laissé que 100 baths de plus, nous commençons à chercher un bus en direction de Battambang. Première difficulté : prononcer Battambang, ceux qui y sont allés et ont entendu des cambodgiens le dire, sauront de quoi je parle. Ça sonne comme une sorte de « Batombong ». Deuxième difficulté : la mousson ++++ ! On était trempé !! Troisième difficulté : les sac-à-dos lourds et trempés. Quatrième difficulté : trouver un bus dans ce no man’s land. On pensait marcher un peu et puis trouver un bureau d’une compagnie de bus. Ca ne fut pas aussi simple que ça. On a beaucoup marché, avec la mousson et les sac-à-dos et le décalage horaire ça nous a paru long. Il n’y avait rien… enfin si des maisons et petits magasins de rue mais aucun bus ou compagnie à l’horizon. On finit par s’arrêter chez quelqu’un qui a un petit stand avec des billets, on leur demande s’ils ont un bus pour Battambang. Après plusieurs minutes de mauvaise prononciation de Battambang ils comprennent et nous disent oui oui on a un bus. Attendez ici. On s’assied donc chez eux. Ils nous scrutent de haut en bas. Mais la dame avait l’air si gentille et nous étions si fatigués que nous avions décidé de leurs faire confiance. Pourtant acheter des tickets chez des particuliers qui n’ont rien d’une compagnie de bus, ce n’est pas vraiment conseillé. On les prévient tout de même qu’on ne paiera rien tant qu’on n’a pas vu le bus.

Une vingtaine de minutes plus tard, un jeune, un peu racaillou, nous dit de monter sur son scooter. Ok mais… on est 2 + 2 gros sacs + 2 petits sacs + toi sur le scooter sous la mousson. On refuse ! On est fatigué mais quand même pas inconscients. Ils expliquent qu’ils n’ont pas d’autres moyens pour nous amener jusqu’au bus. Bon tant pis on remet nos sac sur le dos et on continue à marcher. On finit par tomber sur un bureau d’une compagnie de bus : Halleluyaaah ! On demande un bus pour Battambang on nous dit que le dernier vient de passer qu’il faut attendre le lendemain matin : noooon ! Tout sauf dormir ici… Puis un bus arrive, elle demande au chauffeur où il va, il va à Battambang : Halleluyaah 2 ! On paye 5$, on monte, on espère juste arriver à destination et qu’on ne s’est pas trompé de bus. Une télé avec de la musique envahit le bus, mélangée au bruit du klaxon toutes les deux minutes, c’est très typique, nous sommes les seuls touristes dans le bus. On finira par arriver à Battambang et tout se passera à merveille !

Autres arnaques pratiquées à la frontière Thailande-Cambodge :

L’arnaque N°5 « minibus » : Si vous faites le trajet Bangkok → Aranyaprathet en minibus, le minibus vous laissera soit à environ 5 km des bureaux officiels si vous ne payez une certaine somme en plus, dans ce cas il vous faudra prendre un tuktuk ou bien payer l’extra, ou alors il vous déposera dans un faux bureau où l’on vous proposera de vous faire un visa. N’acceptez surtout pas.

L’arnaque N°6 « tampon / contrôle médical » : Il peut arriver qu’on vous demande 1 ou 2$ supplémentaires pour apposer le tampon ou pour vous prendre la température car « c’est obligatoire ». Refusez, refusez !

Les étapes à passer pour que vous ne vous perdiez pas :

Sortir de la Thaïlande : il faut donc passer en premier par le poste de contrôle côté Thailande. Il suffit de présenter son passeport.

Obtention du visa pour entrer au Cambodge :  pensez à prendre une photo !! Vous allez passer une porte puis le poste se trouve sur la droite. Ici vous donnerez donc la photo, le prix du visa et le passeport.

Entrée au Cambodge : dernier poste frontalier, celui côté Cambodge, vous devrez remplir un petit papier et on vous demandera votre passeport et visa. Et voila, congrats guys vous avez passé le plus dur, il n’y a plus qu’à profiter de votre magnifique séjour au Cambodgeeee !

Au retour : passer la frontière Cambodge –> Thailande

Nous avons aussi passé la frontière dans l’autre sens car nous avions notre vol retour depuis Bangkok. Étrangement nous n’avons pas déboursé un seul bath au retour. Bon à part pour la réservation du bus bien évidemment. Personne n’a essayé de nous arnaquer, pourtant nous avions gardé quelques dollars au cas où…

Bilan et conseils :

Comme vous avez pu le lire, ce sont de petites arnaques, on ne vous prendra pas 100 €. N’arrivez donc pas à la frontière avec la boule au ventre. Essayer de les éviter, autant que possible, après si vous n’avez pas le choix et devez donner 1 ou 2 € pour avoir votre visa, ce n’est pas un drame, du moins pour vous, pour le pays, la corruption est un drame oui.

 

Vous avez passé la frontière Thaïlande-Cambodge, n’hésitez pas à me dire en commentaire comment s’est passé votre périple !

 

 

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

5 Replies to “Passer la frontière Thailande Cambodge (Aranyaprathet – Poipet): les arnaques à éviter”

  1. Je m’expatrie en Thaïlande le mois prochain, et je n’imaginais pas qu’il y avait autant de magouilles ! Bon, on se doute bien que ces pays vivent beaucoup sur l’économie souterraine, mais là ça fait beaucoup. C’est bon à savoir avant de partir, merci pour cet article très instructif 🙂

    1. Quelle chance d’aller vivre en Thaïlande!! Dans quelle ville vas-tu t’installer?
      Oui malheureusement à cette frontière c’est très fréquent mais après dans le pays (en Thaïlande) je n’ai pas vécu de situation similaire…
      Bon déménagement! 🙂

      1. Je vais vivre à Chiang Mai 🙂
        Dans le pays j’ai entendu dire que niveau police il y avait pas mal d’arnaques et de corruption, du style amendes injustifiées ou alors on demande plus aux étrangers… Après c’est à prendre avec des pincettes, ce sont des infos glanées ça et là mais je verrai sur place !

        1. Ohh c’est le lieu que j’ai préféré de mon voyage en Thaïlande 🙂 beaucoup plus calme que Bangkok mais animée quand même et il y a plein de visites à faire autour!
          Ah oui c’est possible… malgré tous les touristes c’est quand même un pays assez pauvre donc ils essayent de grapiller un peu d’argent… puis il faut toujours négocier les prix mais comme partout en Asie 🙂

Laisser un commentaire